Freez

Filiforme, Eli Finberg, rappeur américain débarqué à Strasbourg, voix grave et lyrics à très haut débit, pose son flow sur le tempo imposé par la batterie d’Arthur Vonfelt, remonté comme Hunter S.

Thompson à Vegas, les notes traitées sortant comme par magie de la trompette supersonique d’Octave Moritz et le clavier atomique de Quentin Rochas, nouvelle recrue issue du rock. Résolument free, FREEZ se permet la fantaisie de mêler le 67 et NYC, groove friandeez et beats polyrythmiques, science de la fête et de la musique savante, rap qui tape et slam à lunettes.

Le cosmic-hop de FREEZ est ouvert, infiniment grand, quelque part entre Sun Ra, Last Poets et Antipop Consortium.

FREEZ est passé par : le Café de la danse, la Gaîté Lyrique, la Laiterie, la Carène, le Cabaret Vert, l’Autre Canal, la Symphonie des Arts, le Noumatrouff, le Ouest Park Festival, le Festival Décibulles, le Nancy Jazz Pulsations, les 3 Baudets, le Hasard Ludique, le Jardin du Michel, le Silex, le Festival Ce Murmure …